mercredi 2 janvier 2013

Immortels T2 : La traque, de Cate Tiernan

Résumé :

Nasty : c'est moi. La sympathique immortelle de base. Sauf que je n'ai rien de sympa. Et qu'être immortel n'a rien d'une partie de plaisir !
Voilà deux mois que Nasty s'est réfugiée à River's Edge, mais pour y faire quoi ? Mettre fin à une existence de débauche et de bêtise. Pourtant, contre toute attente, elle semble prendre goût au régime « tout le monde est beau, tout le monde est gentil » des lieux. Tout le monde excepté Reyn. Cet immortel que Nasty désire tout autant qu'elle le hait. Malgré ses bonnes résolutions, elle est rattrapée par sa noirceur naturelle, cette magie maléfique qui la ramène vers les pires années de sa vie, et vers Incy qu'elle avait pourtant fui...

Hachette Black Moon
380 pages ; 17€
Publié le 14 septembre 2011

Si j’ai adoré le premier tome, que j’ai lu il y a presque deux ans, je n’avais jamais eu l’occasion de lire la suite, qui pourtant me faisait de l’œil. Mais lorsque j’ai reçu le troisième et dernier tome de cette saga de la part de Black Moon, je me suis dit qu’il était temps. Et, maintenant que je l’ai fini, je me demande sincèrement comment j’ai fait pour attendre aussi longtemps. Car ce tome, tout comme le premier, est un pur régal.

Après avoir hésité à quitter River’s Edge, Nastasya a décidé, à la fin du premier tome, de rester. Décidée à accepter son passé pour aller de l’avant, elle va tenter de prendre sur elle afin de se donner une chance et de rendre la vie un peu plus facile à ceux qui lui tendent la main. Mais quelques jours après la nouvelle année, tout part de travers, et ses minces espoirs de recommencer sa vie se virent anéantis.

Je ne m’étais pas rendue compte, avant d’entamer ce deuxième tome, que Nasty m’avait manqué à ce point. Il ne m’a pas fallu plus de quelques lignes pour retrouver le plaisir que j’avais eu à la suivre dans le premier tome. Ses réparties, son caractère, la façon dont elle nous raconte ses aventures, en s’adressant directement à nous… tout ça m’avait énormément manqué et j’ai été bien heureuse de retrouver son personnage. Au début de ce tome, on sent vraiment qu’elle essaye de prendre sur elle, d’être quelqu’un de bien. Mais plus on avance, plus les problèmes se multiplient, et son bon vieux pessimisme revient à la charge. Si elle m’a beaucoup fait rire, elle m’a aussi énormément touché… et j’ai souvent eu les larmes aux yeux pendant ma lecture. A la Saint-Sylvestre, on la sent pleine d’espoir, on la voit gonflée à bloc, prête à faire des efforts pour trouver sa place à River’s Edge. Puis après, on la voit dégringolée. On la sent de plus en plus malheureuse, peinée, assaillie par sa culpabilité, ses mauvais souvenirs et ses cauchemars. Et ça, ça m’a beaucoup émue, car je m’y suis énormément attachée et que les sentiments étaient extrêmement bien décrits.

Ce tome démarre tout en douceur puis fini en apothéose. Le suspens va crescendo et les rebondissements sont, d’après mes souvenirs, un peu plus nombreux que dans le premier tome, ce qui rend le bouquin très, très prenant. Mais l’action n’est pas non plus au centre même de l’intrigue, quand même assez « calme » (ce qui ne la rend pas moins captivante, entendons-nous bien). Le livre se concentre plus sur l’évolution de Nasty, sur ses sentiments. Par le biais de nombreux souvenirs, on découvre un peu plus son passé, sa relation avec Incy et la teneur de sa noirceur, qu’elle tente par tous les moyens d’éradiquer. Et par le biais de ce qu’elle traverse au moment de la narration des évènements, on découvre celle qu’elle est devenue, le chemin qu’elle a parcouru et surtout, l’ampleur de ses regrets et de sa culpabilité. Le tout étant très bien dosé, de sorte qu’on tourne les pages comme l’on mange du petit pain, à savoir de façon plutôt instinctive.

Tout cela nous permet d’en apprendre plus sur Nasty, puis bien entendu d’avancer dans l’intrigue… mais ça nous permet aussi de recroiser la route de certains personnages, et ça aussi, c’est quelque chose que j’ai beaucoup aimé. D’un côté, nous avons les habitants de River’s Edge, toujours aussi attachants… dont Reyn, dont je suis amoureuse – forcément. Puis nous avons également l’occasion de retrouver les anciens amis de Nasty, qu’elle a quitté il y a de ça quelques semaines. On en apprend plus sur leurs rapports à travers de nombreux flashbacks et c’est vraiment appréciable d’assister à leur rencontre, leurs échanges, et de voir à quel point l’amitié qui les unissait était malgré tout forte.

Dans cette histoire, rien n’est tout noir ou tout blanc, et c’est l’une des choses que j’apprécie le plus dans un roman car c’est, à mon sens, ce qui est le plus proche de la réalité. Personne n’est parfait : tout le monde a son lot de défauts, son lot de qualité, et un passé plus ou moins agréable à assumer. Le fait d’en savoir plus sur les personnages, comme River ou Reyn, les rend plus humains malgré leur condition d’Immortels, et surtout plus proches de nous. Et c’est ce sur quoi Nasty doit ouvrir les yeux. Accablée par les atrocités qu’elle a vécu et le fait qu’elle n’ait jamais rien fait pour arranger les choses, elle ne voit que sa noirceur, et est au début convaincue qu’elle ne mérite pas l’aide que River tente de lui apporter. Mais changer est possible, il suffit de faire le bon choix. Cate Tiernan nous offre ici une belle histoire de vie, et une morale qui l’est tout autant.

En bref, ce tome est une vraie pépite, et m’a fait replonger dans l’univers des Immortels avec délice. J’espère que le troisième et dernier tome sera à la hauteur… mais je pense que oui. En tout cas, je vous dis ça très vite, car il est dans ma PAL trèèès proche !

2 commentaires:

  1. Je compte relire ce tome pour me le remettre en tete avant de commencer le 3ème :) J'ai hâte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite une bonne relecture dans ce cas :D

      Supprimer