dimanche 21 août 2016

In my mailbox [136]

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.


Source : La bibliothèque de Lilie !

Retrouvez tous les IMM français sur Lire ou Mourir !

Bonsoir à vous ! Je vous retrouve aujourd'hui pour un nouvel IMM bien chargé puisqu'il récapitule tous les livres reçus et achetés depuis le mois de juin... et oui, ça commençait à faire longtemps ;) J'ai tenté de compenser mon manque d'assiduité en vous offrant une vue d'ensemble, mais il se peut que j'ai oublié quelques acquisitions. Si c'est le cas... tant pis ^^ (oups !)


On commence cet IMM par un sacré butin obtenu un dimanche, dans un vide-grenier tout bête... pas moins de 18 livres achetés à un même monsieur qui est passé au numérique ! Parmi ces livres, on a les 15 premiers tomes de L'épée de vérité de Terry Goodkind, un prequel à la saga, Dette d'os, un autre livre du même auteur, La loi des neuf, et une intégrale : Les lames du roi de Dave Ducan.


Mais ce n'est pas tout : j'ai aussi gagné plusieurs concours qui m'ont permis d'acquérir L'instant précis où les destins s'entremêlent, d'Angélique Barbérat (chez Little-A Read), trois livres de Sophie Jomain (chez Place-to-be) et A court of thorns and roses de Sarah J. Maas (sur la page facebook French Readers) ; et je me suis offert quelques autres bouquins plus ou moins récemment : Le secret de l'inventeur T2 : Le secret du magicien d'Andrea Cremer (après avoir lu et beaucoup aimé le premier tome, que je dois encore chroniquer, d'ailleurs...), BAD T1 : Amour interdit de Jay Crownover, Et soudain tout change de Gilles Legardinier (après avoir dévoré Demain, j'arrête !) et Le secret de la manufacture de chaussettes inusables d'Annie Barrows (après être tombé sous le charme du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de la même auteur, que je dois aussi chroniquer bientôt).

Et voilà ! Je vous l'avais dit, qu'il serait chargé ^^ Connaissez-vous ces titres ? Les avez-vous lu ?? Je suis curieuse, n'hésitez pas à partager vos expériences de lecture... ainsi que vos dernières réceptions :)

Bonne semaine à tous et à très vite !

vendredi 19 août 2016

Demain j'arrête ! de Gilles Legardinier


Résumé :

Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ? Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher… Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants…



Pocket
408 pages ; 7.80€
Publié le 04 avril 2013


Ah la la, ce livre, mais ce livre ! Qu’est-ce que je l’ai aimé ! On ne peut pas faire plus excentrique que Julie, et quelques gentils clichés m’ont, j’avoue, fait lever les yeux au ciel… mais à côté du bien que cela m’a fait, ce n’est rien, absolument rien. Cette histoire n’est pas crédible de A à Z mais elle fait un bien fou et c’est tout ce que je lui demandais. Depuis, je fais la chasse aux livres de Gilles Legardinier car j’en veux encore et encore.

Quand Julie voit le nom de son nouveau voisin sur la boîte aux lettres de celui-ci, une étrange obsession la pousse à vouloir absolument le rencontrer, et vite. Elle se met à espionner son courrier pour en apprendre d’avantage sur lui, elle fait le guet devant sa porte pour ne pas le louper… bref, elle se met dans des situations impossibles pour enfin découvrir le visage qui se cache derrière le fameux nom de Ricardo Patatra. Et quand cela arrive enfin, eh bien, ça ne lui suffit pas : elle doit le revoir, quitte à monter une histoire de toutes pièces pour forcer le destin et précipiter leurs retrouvailles.

Julie est, comme je le disais plus haut, l’un des personnages les plus excentriques que j’ai pu suivre. Elle est excessive, un peu (beaucoup) folle, et n’hésite pas à se mettre dans des situations rocambolesques pour arriver à ses fins. Du coup, la suivre, c’est assister à une série de phénomènes peu crédibles, très gros, qui pourraient bien nous lasser mais qui m’ont personnellement beaucoup fait rire. Je sais que ça ne se passe jamais comme ça dans la vraie vie (et heureusement, parce que parfois… !) mais je me fichais complètement de ce manque de réalisme. J’avais juste envie de continuer à lire les aventures de Julie et de tout le beau monde qui l’entourait. Parce que finalement, ce livre était exactement ce dont j’avais besoin au moment où je l’ai commencé : un vrai bol d’air frais, un pur concentré d’humour.

Gilles Legardinier a une plume bien sympathique et c’est très certainement ce qui fait sa force. Ses petites références aux chats m’ont fait comprendre pourquoi ses couvertures mettaient en scène mes p’tites boules de poil préférées, mais au-delà de ça, la narration de Julie était tout simplement exquise. Je n’ai pas compté le nombre de fois où j’ai ri devant mon livre, me sentant obligée de faire une pause pour partager les réflexions de ce personnage avec mon chéri, qui lui aussi en a souri. Mais si l’humour est omniprésent, le reste vaut aussi le détour, à commencer par la ribambelle de personnages qui entourent Julie. Ils ont des personnalités différentes, des histoires uniques à partager, des qualités comme des défauts… et la grande majorité de ces personnages m’a complètement séduite. Que ce soit Julie ou ses amis, tous sont terriblement humains, adorables et attachants. La vie de notre héroïne peut au départ s’apparenter à un gentil fiasco, mais c’est en fait une belle histoire d’amour dans tous les sens du terme, d’amitié (ce thème étant omniprésent), d’entraide, de soutien… et de vie, tout simplement. Le genre d’histoires qui regorgent d’espoir, nous font aimer les gens et nous donnent envie de faire ce qu’il faut pour être heureux et oser – oser pour s’épanouir, se trouver. Comme abandonner un bon emploi à la banque pour travailler dans une boulangerie, par exemple ;)

Ma chronique est sûrement un peu décousue, et peut-être incomplète, mais l’essentiel est là : ce livre fait du bien. Il est génial non pas parce qu’il met en scène une intrigue fantastique et incroyablement originale, mais parce qu’il présente des situations et des personnages qui nous mettent du baume au cœur et que l’on n’a pas envie de quitter. Si vous avez le moral dans les chaussettes, que vous êtes fatigués, que ça ne va pas fort ou que vous avez tout simplement envie d’une lecture rapide, sans prise de tête, qui vous fera sourire et même rire – alors ce livre est fait pour vous. En fait, je crois que ce livre est un peu fait pour tout le monde, à un moment ou à un autre de sa vie. A lire (et à relire ?) sans modération !

mardi 16 août 2016

Charlie + Charlotte, de Shannon Lee Alexander


Résumé :

Charlie n'a aucun doute sur son avenir, il est persuadé qu'un jour il résoudra les grands mystères de l'Univers. Mais lorsqu'il effleure le tatouage de Charlotte, ses certitudes s'envolent : l'amour est entré dans l'équation. Il est prêt à tout pour elle, quitte à mettre en péril sa carrière académique. Sans comprendre, il accepte toutes ses requêtes, même s'il sent bien qu'elle cache un terrible secret...


Pocket Jeunesse
414 pages ; 17.90€
Publié le 15 septembre 2016


Pour tout vous avouer, je n’attendais pas énormément de cette lecture. Charlie + Charlotte m’a tenté car il me semblait léger et divertissant. J’avais l’impression que ce serait une romance d’été sans prise de tête qui me ferait du bien. Je n’aurais pas pu me tromper plus ! Et si j’avais été futée, j’aurais pu me rendre compte bien plus tôt que je faisais fausse route. Mais au moins, la surprise a été au rendez-vous…

L’histoire est celle de Charlie, un petit surdoué des sciences qui n’a pas de chance avec les filles et qui n’espère qu’une chose : entrer au MIT, un établissement réputé qu’il vise depuis des années et qu’il souhaite intégrer après sa dernière année de lycée. Aucune ombre au tableau jusqu’à ce qu’il rencontre Charlotte. Charlotte, c’est d’abord la belle jeune fille au tatouage intrigant, celle qui va hanter ses pensées et le troubler le jour même de sa rentrée. Mais Charlotte va aussi se révéler être, à son plus grand désarroi, la nouvelle amie de sa jeune sœur, Becca. A partir de là, elle ne va pas seulement hanter ses pensées mais également sa maison, passant la grande majorité de son temps libre chez lui. Ce qui ne va pas l’aider à se la sortir de la tête, bien au contraire !

La première réflexion que je me suis faite quand j’ai commencé ma lecture, c’est que le style de l’auteur est très jeunesse. Dans certains cas cela ne me dérange pas, car j’arrive à apprécier une belle histoire si celle-ci se révèle digne d’intérêt, ou particulièrement émouvante, drôle… bref, s’il y a quelque chose qui fait que j’accroche. Mais là, j’ai vraiment eu un souci. Je n’ai pas réussi à vraiment apprécier ma lecture avant un long moment, et c’est dommage. Et ce n’est pas seulement à cause du manque de narration ou de l’omniprésence des dialogues… c’est surtout dû au fait que les personnages, et leurs réactions, étaient trop stéréotypées à mon goût. Des réactions extrêmes, des décisions puériles – ce sont quand même des lycéens ! – et aucune jugeote ni prise de conscience des conséquences que tel ou tel acte peut avoir sur la vie des autres. Embêter la prof de littérature parce qu’on est matheux et qu’on a décidé que la littérature ne pouvait rien nous apporter… c’est déjà pas très futé, mais ça ne m’aurait pas spécialement choqué, pour des lycéens. Mais harceler sa prof de littérature parce que la sœur de cette dernière nous le demande et qu’on a le béguin pour elle, sans se poser de questions ni même y réfléchir à deux fois… désolée, mais là, c’était un peu trop pour moi. Ce détail a presque failli me faire abandonner ma lecture mais j’ai persévéré, et finalement j’ai bien fait car ce que j’attendais depuis le début est enfin arrivé : les personnages ont pris de l’ampleur, l’histoire a pris une tournure plus profonde et l’auteur a réussi à me toucher. C’est arrivé un peu tard, mais c’est arrivé.

Ce n’est donc qu’à partir de la deuxième moitié du livre, à peu près (plutôt le derniers tiers), que j’ai réellement pris plaisir à me plonger dans ma lecture. Le secret de Charlotte finit par éclater et faire voler en l’air toutes les certitudes de Charlie, tout son quotidien, tout ce qu’il prenait pour acquis. Les personnages se sont doucement révélés plus intéressants qu’ils n’y paraissaient au départ – plus émouvants et plus mûrs, aussi. La narration de Charlie s’est transformée, ses pensées offrant beaucoup plus de matière qu’au départ, les situations étant plus propices à l’émotion. J’en suis même arrivée à apprécier les personnages, ce qui a été un vrai mieux et m’a même amené à finir le livre les larmes aux yeux. J’ai fini par ne plus subir ma lecture pour ses défauts, mais à l’apprécier pour les qualités qui lentement mais sûrement s’accumulaient. Et à la fin je me suis dit qu’en fait, c’était une belle lecture. Une lecture au début un peu trop stéréotypée et pour laquelle j’ai peut-être passé l’âge ; mais qui plaira sans aucun doute à des lecteurs plus jeunes, ou moins exigeants que moi sur le caractère des personnages (et leur faculté de prendre les bonnes décisions – ou au moins de réfléchir par eux-mêmes avant d’en prendre). Une lecture qui, en tout cas, ne pourra pas vous laisser indifférents et que j’ai, contre toute attente, fini complètement bouleversée…

Pour conclure, je ne peux donc pas dire que j’ai adoré ma lecture, car ce serait vous mentir. La première grosse moitié du livre m’a déplu pour les quelques raisons évoquées ci-dessus, même si la curiosité m’a poussé à le continuer malgré tout. Mais je ne peux pas non plus dire que je l’ai détesté, car il y a quand même de beaux passages et surtout, une belle histoire. Il faut attendre avant que cela nous saute aux yeux, mais une fois qu’elle apparaît, elle ne cesse de s’épanouir et j’ai finalement été très émue par ces mêmes personnages qui au début m’exaspéraient un peu.

Ce livre est à paraître aux éditions PKJ le 15 septembre prochain, et je suis persuadée qu’il plaira à beaucoup d’entre vous, donc j’espère que vous serez assez curieux pour vous faire votre propre opinion s’il vous intéresse un minimum :) Aussi, je vous invite à lire la chronique de Solenn du blog Les Reines de la Nuit. Plus complète et plus positive que la mienne, sa chronique vous offrira un autre regard sur cette lecture !

lundi 15 août 2016

Rebelle du désert, d'Alwyn Hamilton


Résumé :

Amani vit dans le désert du Miraji. Elle n’a qu’un rêve : quitter sa ville, Dustwalk, et découvrir le reste du monde. Alors qu’elle participe à une compétition de tir, elle rencontre un jeune homme, Jin, qui est recherché pour trahison. Après quelques malentendus, ils se retrouvent à fuir Dustwalk ensemble, traversant le désert, combattant contre des goules et autres monstres surnaturels : des chevaux qui se transforme en sable dès qu’ils sont capturés.

Pocket Jeunesse
288 pages ; 17.90€
Publié le 1er septembre 2016


Comme beaucoup d’autres, Rebelle du désert est un roman que j’avais déjà repéré en VO, notamment grâce aux nombreux avis positifs qu’il ne cessait de récolter au fur et à mesure que les lecteurs le découvraient. Alors quand PKJ a annoncé sa parution et nous a proposé de le découvrir en avant-première, j’ai sauté sur l’occasion et n’ai pas mis très longtemps pour le commencer. Résultat ? J’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé. Parce que c’est un livre qui change, un univers assez inédit, riche, intéressant, aux personnages attachants et à l’histoire passionnante.

Amani est une jeune fille qui a toujours vécu dans un petit village perdu au milieu du désert. Ses parents morts depuis peu, elle vit désormais chez un oncle et une tante qui ne la supportent que parce qu’elle peut leur être utile. En sa condition de femme, elle ne vaut pas grand-chose, tout juste bonne à devenir l’épouse de quelqu’un qu’elle subira puisque, de toute façon, elle n’aura pas le choix. Mais Amani n’a pas le caractère à subir quoi que ce soit ; alors quand l’occasion se présente, elle n’hésite pas : elle fuit. Mais où se voyage la mènera-t-il ?

Ce livre est empreint d’une force que j’ai adorée et qui est insufflée par le personnage et le caractère d’Amani. On pourrait la croire égoïste mais dans le monde dans lequel elle vit, c’est ce qui lui permet de survivre et de s’affirmer en tant que personne, ce que les autres ne veulent pas lui accorder car elle est de sexe féminin. Elle fait partie de ceux, ou plutôt de celles qui changent les choses, parfois même sans le savoir, en montrant que ce n’est pas parce qu’on n’est pas né homme qu’on ne vaut rien. Mais son combat, ses convictions résident plus dans sa narration que dans ses actions, ce qui ajoute une subtilité qui rend le message que véhicule l’auteur d’autant plus marquant. Amani ne s’insurge pas directement contre l’injustice qu’elle vit ; elle en vient même à se déguiser en homme pour se faire accepter, la plupart du temps. Mais en suivant son parcours et en assistant à son voyage, nous ne pouvons pas, nous, en tant que lecteurs, rester indifférents à la misogynie ambiante. On prend position sans le savoir, sans même le vouloir, contre ces hommes qui se croient supérieurs, contre les quelques femmes qui rendent cela possible en participant à leur propre domination (à commencer par la cousine d’Amani, par exemple…) en faveur d’un changement qui nous paraît absolument essentiel.

J’ai parlé ici d’Amani car, non contente d’être le protagoniste principal de cette histoire, son histoire est assez symbolique ; mais les autres personnages ne sont pas en reste et tous participent à rendre l’intrigue du livre aussi captivante et agréable. Jin est un personnage mystérieux que l’on apprécie par sa discrétion mais aussi son ouverture d’esprit et son côté charmant / protecteur / ironique ; mais on en découvre beaucoup d’autres qui valent le détour et participent à la richesse de l’univers créé par Alwyn Hamilton. Un univers que l’on ne sait pas très bien situer, à mi-chemin entre fantastique et fantasy, mais qui m’aura totalement séduite par son côté atypique et exotique. Quant à l’histoire elle-même, elle est brillamment servie par une plume simple mais addictive, un rythme qui maintient notre intérêt à son paroxysme tout en n’étant pas trop soutenu, et des personnages qui, je le répète, m’ont énormément plu.

Bref, tout ça pour dire, comme vous l’avez compris, que j’ai adoré ma lecture. J’ai accroché dès les premiers chapitres et j’ai savouré les dernières pages sans prendre le temps de m’arrêter car je n’avais tout simplement pas envie de quitter cet univers rempli de surprises, de magie, et d’émotions diverses. Pas tout à fait un coup de cœur mais sans aucun doute une lecture que je vous recommande !

A découvrir dès le 1er septembre prochain :)

Levana, de Marissa Meyer

Coup de ♥
Résumé :

"Miroir, mon beau miroir, qui d'entre toutes est la plus belle ?" Bien avant de devenir la cruelle et magnifique reine des Lunaires, bien avant que Cinder, Scarlet et Cress ne se rencontrent, Levana a vécu une tout autre histoire. Une histoire d'amour et de guerre, de trahison et de mort. Une histoire qui n'a jamais été contée... jusqu'à présent.



Pocket Jeunesse
256 pages ; 16.90€
Publié le 16 avril 2015 


Lire ce prequel c’est un peu comme plonger dans la tête de l’ennemi. Si vous avez lu les Chroniques lunaires, c’est-à-dire Cinder, Scarlet, Cress voire même Winter, qui est sorti il y a peu, vous savez que Levana est la méchante de l’histoire, la très célèbre reine lunaire. Mais que sait-on vraiment d’elle ? Pas grand-chose… en tout cas pas avant d’avoir plongé dans ce court mais excellent roman. Ce dernier raconte son histoire, de son adolescence à son règne, en passant par quelques bribes de son passé, de son éducation… et je l’ai adoré, adoré, adoré.

Levana a tout juste 16 ans quand elle perd ses parents et que sa sœur Channary accède à la couronne. Tandis que cette dernière devient une reine connue pour ses excentricités, sa beauté, mais pas spécialement pour ses talents de politicienne ni même son intérêt pour les affaires liées au peuple, qu’elle laisse volontiers à ses sujets, Levana tente de se faire une place parmi les décisionnaires, voulant briller de son intelligence pour éclipser les rumeurs liées à son passé et à sa véritable apparence. Mais les moqueries de sa sœur comme les murmures des autres ne sont jamais bien loin, la laissant honteuse, mais surtout amère et en colère… ce qui l’amène constamment à faire les mauvais choix, même quand elle essaye simplement d’être heureuse.

Même s’il y a déjà une certaine méchanceté chez elle, on ne peut s’empêcher d’éprouver de la compassion pour Levana, en tout cas au début de son histoire. Critiquée et rie de tous, elle n’a connu qu’un univers hostile qui ne lui a enseigné ni l’amour ni le respect. Elle est désespérément en quête d’attention, d’affection et ne se rend pas compte que ce qu’elle fait est parfois – souvent, même, voire toujours – mal. C’est à la fois énervant de la suivre et de la voir faire les mauvais choix, et à la fois triste, car on a juste envie que quelqu’un la guide enfin vers ce qui est bon, vers ce qui est juste, ce qui n’arrive malheureusement pas. Et c’est de cette façon que l’on assiste à la naissance de cet horrible personnage que l’on a découvert dans Cinder, et qui s’est retrouvée emprisonnée presque dès le départ dans un cercle vicieux où tout ce qu’elle entreprenait pour arranger les choses ne faisait que les rendre pires encore…

L’histoire que nous conte ici Marissa Meyer nous aide ainsi à mieux saisir ce personnage qui nous apparaît si cruel, si inaccessible dans les Chroniques lunaires, mais elle nous aide également à mieux saisir le contexte historique et politique de la saga. On découvre ce qu’est la vie sur la Lune, les ambitions de la Cour, la naissance du virus qui décime la Terre, la stratégie mise en place par les lunaires pour contrôler la situation ; on assiste même à la naissance de Winter, qui va être le nouveau personnage principal du tome 4… et c’est vraiment, vraiment intéressant. Ce prequel est astucieux car il apporte beaucoup à la saga principale et je suis ravie d’avoir enfin pu le lire car je l’ai vraiment savouré du début à la fin. Il est court mais si complet, si intrigant qu’il vaut vraiment un livre à lui tout seul, ce qui pourtant me rendait septique, au début. J’avoue que j’ignorais si j’allais apprécier ce prequel comme j’apprécie la saga car je doutais de son réel intérêt et surtout, j’avais peur que mon aversion pour Levana m’empêche d’apprécier son histoire. Mais le moins que l’on puisse dire est que j’ai été surprise, et dans le bon sens. Alors est-ce que je vous le conseille… ? Oh que oui ! Il n’est pas toujours très gai et il est parfois assez difficile, mais il est utile, pertinent et absolument captivant.

Maintenant il ne me reste plus qu’une chose à faire : plonger dans mon exemplaire de Winter pour retrouver cet univers que j’aime tant… et enfin découvrir la suite et fin tant attendue de cette belle série ♥